Search

traitements conventionnels : je prends, je comprends








Quand on a de l’acné et qu’on en est complexé.e, tous les moyens sont bons pour tenter de s’en débarrasser. On est sûrement pas les seules à avoir passé rendez-vous sur rendez-vous chez le dermato, à avoir essayé des dizaines de crèmes et d’antibios sans succès…c’est toujours la même chose : on a des attentes hyper élevées suivies de déceptions qui se font ressentir à chaque fois un peu plus.


Finalement, l'acné c’est un peu comme perdre/prendre du poids. Il existe des milliers de cures “magiques”, de fausses promesses qui nous ramènent toutes à une même évidence : les raccourcis n’existent pas.


Pour avoir des résultats long terme il faut y aller la tête la première, et s’y donner à fond et dans la durée. Il faut mener son enquête : pourquoi est-ce que j’ai cette acné ? qu’est-ce que mon corps essaie de me dire ? Comment est-ce que je peux y répondre de l’intérieur ET de l’extérieur ?


Attention l’idée n’est pas de se culpabiliser - si tu as de l’acné ça n’est jamais de ta faute. Mais ce qui est sûr c’est qu’aujourd’hui, tu peux prendre les choses en main et décider que tu veux de VRAIS changements et que tu vas t’en donner les moyens.

C’est ce qui nous a poussé à créer Skin & Out. C’est quand on a commencé à creuser, à essayer de comprendre, à se renseigner qu’on a enfin compris ce qu’il fallait mettre en place pour apaiser notre acné. Ça a été long, mais maintenant l’inflammation est calmée et quand elle revient ponctuellement, suite à une période de stress ou plusieurs repas bien gourmands, on sait comment la calmer.


Encore aujourd’hui, on reçoit souvent des questions nous demandant pourquoi est-ce qu’on ne teste pas le roaccutane ? les antibiotiques ? Pourquoi est-ce qu’on a arrêté la pilule ?

Alors on a voulu écrire cet article pour revenir sur les traitements conventionnels, ceux qu’on a testé et qui n’ont pas marché sur nous et chercher à comprendre pourquoi.


Cet article ne vise ni à être moralisateur, ni à faire peur !! Il vise seulement à expliquer aux femmes et hommes qui se posent les questions qu’on s’est nous-même posées avant de tout tester, pourquoi cela n’a pas fonctionné et quels angles « d’attaque » peuvent faire la différence !


Le but de cet article ? T’aider à devenir acteur dans le traitement de ton acné en comprenant le pourquoi du comment !





SOLUTIONS ORALES :


1. Les antibiotiques


Quelle est leur action?


Les antibiotiques ont un pouvoir antibactérien, c'est-à-dire qu'ils sont capables de détruire les bactéries. Selon leur mode d’action ils toucheront différents types de bactéries, c’est pour ça qu’il existe différentes familles d'antibiotiques. Bien que l’acné ne soit pas une maladie bactérienne mais inflammatoire (1), certains antibiotiques peuvent être prescrits pour traiter l’acné.


Et que se passe-t-il une fois que j’arrête mes antibiotiques ?

L’antibiotique est un traitement symptomatique : ça veut dire qu’il s’attaque au symptôme : la bactérie responsable du bouton ainsi que l’inflammation provoquée par celle-ci, mais pas à la cause qui explique la présence de cette bactérie et de l’inflammation. C’est pourquoi les antibiotiques sont très efficaces pendant la prise, mais quand on les arrête, l’acné aura tendance à revenir.


Ce qu’on ne dit pas assez souvent :


Il est important de savoir que les antibiotiques demandent un travail supplémentaire au foie et peuvent aussi créer un déséquilibre au niveau du microbiote intestinal - deux axes qui, à la longue, risquent d’aggraver ton acné.

Foie : Comme la pilule, les antibiotiques sont filtrés par le foie. Pris sur plusieurs mois, les antibiotiques demandent un travail supplémentaire important qui risque de le fatiguer. Si tu ne fais pas un effort alimentaire à côté pour booster l’action hépatique de ton foie, celui-ci risque de saturer et avoir plus de mal à filtrer toutes les toxines du quotidien. Résultat, celles-ci doivent trouver d’autres voies de sorties, et malheureusement c’est souvent la peau !

Microbiote intestinale :

Les antibiotiques ont pour but de détruire les bactéries, mais le souci c’est qu’ils ne font pas la différence entre les bonnes et les mauvaises bactéries ! Or dans ton intestin, tu as plein de bonnes bactéries qui sont essentielles au bon équilibre de ton organisme ET de ta peau. Une prise continue d’antibiotiques peut donc aggraver ton acné sur le long terme en tuant ces bonnes bactéries essentielles à l’équilibre de ta peau et/ou en provoquant des déséquilibres sur le plan digestif.


Notre conclusion :

Les antibiotiques peuvent être efficaces pour l’acné, mais il faut penser à long terme. Ça peut être l’occasion de te donner un moment de répit si tu es vraiment à bout - à condition de faire une bonne cure de pré et probiotiques en même temps - tout en boostant le foie, par l’alimentation ou la complémentation.

Pour l’alimentation on te recommande une assiette riche en légumes, notamment les légumes amers qui vont booster l’action hépatique de ton foie. Essaie aussi d’intégrer les tisanes au quotidien : cerfeuil, fenouil, gingembre, menthe, mélisse, pissenlit. On te recommande aussi le kéfir et le kombucha qui apporteront plein de bonnes bactéries pour renforcer ton microbiote.

Pour la complémentation on te recommande notre gamme CLEAN IN (28€) qui contient des pré et probiotiques pour renforcer ton microbiote ainsi que du thé vert et du brocoli qui vont venir nettoyer les organes filtres (foie et intestin). Sinon il y a aussi les probiotiques de la marque DIJO qui sont tops ! (39€).


2. L'isotrétinoïne (plus connu sous le nom du médicament Roaccutane)


Quelle est son action ?


L'isotrétinoïne est un dérivé de la vitamine A qui bloque la production de sébum et possède une action anti-inflammatoire sur les follicules pileux. Il entraîne une atrophie des glandes sébacées. Concrètement, ça veut dire que les petites poches sous les pores de ton visage sont rétrécies, limitant ainsi leur capacité à produire du sébum. Ta peau ne produit donc plus ou moins de sébum - ce qui induit de manière générale une forte réduction de l’acné pendant et post prise. L’isotrétinoïne est l’actif clé du fameux traitement Roaccutane.


Et après ?


L’isotrétinoïne est très efficace chez de nombreuses personnes. Cependant ça n’est pas toujours sans effet secondaire. C’est un traitement lourd et il faut vraiment être bien accompagné(e) pendant sa prise. C’est un traitement qui selon nous, est trop souvent prescrit à la légère - même dans le cas de petites acnés.

Enfin, il est important de savoir que ça n’est pas toujours une solution long-terme. Il existe de nombreux témoignages d’hommes et femmes qui voient leur acné réapparaître post-isotrétinoïne.


Mais alors, comment ça se fait ?

Comme l’antibiotique l’isotrétinoïne s’attaque au symptôme, le bouton, et non pas à la cause. Et comme les antibios, il demande un travail supplémentaire au foie et aura tendance à fragiliser le microbiote intestinal - deux axes importants pour avoir une peau apaisée.

De plus, quand tu prends de l’isotrétinoïne et que tu as des rapports, tu dois être sous pilule contraceptive. Et comme tu verras ci-dessous la pilule c’est aussi assez lourde pour le foie et le microbiote - donc tu peux imaginer que les deux ensemble...c’est pas idéal !

Si tu souhaites te lancer et tester l’isotrétinoïne, on t’encourage à bien mener ton enquête auprès de ton médecin pour comprendre le protocole complet et comment il agit sur ton corps, afin de pouvoir le vivre au mieux ! On t’encourage aussi à consulter un(e) endocrinologue afin de faire une prise sanguine et choisir la pilule contraceptive qui te correspond le mieux (ça t’évitera de faire du “test and learn” ou tu prends une pilule et tu attends six mois avant de te rendre compte qu’elle ne te convient pas et de passer à une autre, encore une fois un peu au pif)

Enfin, ce qui serait vraiment top ça serait que tu prennes un rendez-vous avec une naturopathe - c’est une consultation d’une heure, ou elle te donnera plein de petits conseils pour venir contrer les potentiels effets secondaires associés à l’isotrétinoïne - afin que tu vives le traitement sereinement.

En termes de skincare, il faut savoir que l’isotrétinoïne peut également induire une forte sécheresse cutanée (2), alors n’hésite pas à t’hydrater régulièrement ! - de l’intérieur avec une consommation régulière d’eau et d’infusions par exemple // et de l’extérieur avec une crème qui à la fois hydrate et nourrit ta peau. Tu peux aussi compléter avec le masque ultra hydratant à base de miel de Manuka de la marque Antipodes (28€).

Notre solution Skin & Out peut aussi être top à prendre en même temps - surtout les compléments alimentaires. Ils permettront d’aller jusqu’à la cause de tes boutons - et tu travailleras du coup le symptôme ET la cause. En plus, ils permettront de contrer certains potentiels effets négatifs - grâce à Clean IN et son apport en pré et probiotiques qui va venir réensemencer ton microbiote intestinal et booster ton foie avec l’extrait de brocoli et de thé vert.



3. La pilule contraceptive


Savais-tu que 14% des pilules sont prescrites pour des problèmes d’acné ? (3)


Mais quelle est son action ?

La première fonction de la pilule est de délivrer une dose d’hormones synthétiques, un mélange d’œstrogènes et de progestatifs, ou simplement du progestatif seul, plus importante que la dose naturellement produite par ton corps. Ces doses d’hormones synthétiques font croire au cerveau qu’il y a assez d’hormones en circulation dans le sang, et qu’il n’est donc pas nécessaire que les ovaires en produisent. La production d’hormones naturelles s’arrête et le cycle d’ovulation avec - la possibilité de tomber enceinte est donc fortement réduite. D’une certaine façon on peut dire que la pilule arrête la connexion cerveau-ovaires et pousse les ovaires à rentrer phase “d’hibernation”.


Comment peuvent-elles diminuer l’acné ?

Les ovaires produisent également des androgènes, hormones “masculines”. Lorsqu’elles sont produites en excès, celles-ci stimulent la production de sébum et l’épaississement de la peau, ce qui risque de déclencher le mécanisme de formation du bouton. En mettant les ovaires en hibernation, certaines pilules vont éliminer la production d’androgènes, et donc la production de sébum. Résultat, l’acné va être réduite.


Et après ?

Lorsque tu arrêteras la pilule, il faut que tu sois consciente que ton cycle naturel reprendra son rythme et avec cela, sa production d’androgènes. Tu risques donc de voir ton acné réapparaître.


Ce qu’on ne dit pas assez souvent :

Il est important que tu saches que la pilule est une dose d’hormones synthétiques qui vient remplacer la dose d’hormones naturelles que ton corps a l’habitude de produire. Celles-ci vont agir sur ton cycle ou plutôt le supprimer (de manière réversible), mais peuvent aussi agir sur le reste de ton corps - même si chacun réagit différemment.

Ces hormones synthétiques passent par ton foie et peuvent donc lui demander un effort supplémentaire. Elles peuvent affecter ton microbiote intestinal (4), et jouer sur ton indice glycémique (5) ou encore créer des carences en vitamines et en minéraux tels que le zinc ou les vitamines du groupe B (6).

Ces altérations peuvent jouer un rôle important dans l’apparition de l’acné. Il existe donc des cas où la pilule peut faire apparaître ou aggraver l’acné (ça a été notre cas !)


Notre conclusion :

La pilule remplit sa fonction principale, celle d’un contraceptif efficace.

Sa prescription ne doit cependant pas être confondue avec celle d’un médicament contre l’acné. Certes, la pilule te donnera peut-être des moments de répit pendant lesquels tu auras une peau plus lisse. Mais attention, elle ne fait que masquer le problème et celui-ci reviendra inévitablement le jour où tu arrêteras la pilule. En plus, la pilule peut aggraver certains facteurs déclencheurs et donc parfois empirer ton acné. Tu es libre de faire comme tu le sens, nous t’encourageons simplement à faire ton choix de façon informée, et à ne pas te faire d’illusions : la pilule ne soigne pas l’acné.

Si tu choisis de prendre la pilule, nous t'encourageons à aller voir un endocrinologue pour être sûre que celle-ci te corresponde parfaitement (grâce à une simple prise de sang) ! Et comme pour les antibiotiques et l’isotrétinoïne on te recommande de bien faire attention :

  • À ton alimentation afin d’inclure un max de légumes, de bons gras omégas 3, et d’aliments riches en zinc, vitamines (notamment vitamines du groupe B) et minéraux

  • À bien boire toute la journée : eau mais aussi infusions qui permettront de booster l’action hépatique de ton foie

  • À inclure des pré et probiotiques dans ton alimentation ou à travers la complémentation. Encore une fois, notre gamme Clean IN peut-être particulièrement intéressante à prendre en même temps, en cure d’1 à 3 mois pour renforcer le microbiote et libérer les organes filtres en parallèle de la prise de pilule.




SOLUTION TOPIQUES


Sans oublier le OUT ou l’on retrouve généralement 3 types d’actifs appliqués en local qui peuvent être seuls ou parfois mélangés dans une même crème :


- le fameux peroxyde de benzoyle sous maintes et maintes formes : elle aide à tuer la bactérie à l’origine des boutons, les sèche et aide la peau à s’exfolier. Ce sont les fameuses crèmes qui tachent tes taies d’oreiller !


- les antibiotiques locaux : de moins en moins prescrit car de nombreuses études prouvent le développement d’une résistance des bactéries aux molécules apportées par les antibiotiques.


- les rétïnoides locaux : qui permettent de limiter la sécrétion de sébum et de déboucher les pores de ta peau

Attention cependant, ces trois actifs sont connus pour être sensibilisants + photo-sensibilisants.

Le souci des peaux acnéiques, c’est qu’il y a cette drôle d’idée que ce sont des peaux plus “robustes”, moins sensibles - que c’est OK d’utiliser des actifs plus forts, tant que ça marche. Et pourtant...les peaux acnéiques sont souvent plus sensibles et sèches que la moyenne - et ont absolument besoin de douceur et d’hydratation !

Ces trois actifs auront à l’inverse aura plutôt tendance à décaper la peau, à assécher. Ça ne veut pas dire qu’il faut mettre une croix dessus - pour certaines personnes ils peuvent faire des merveilles ! Cependant, si tu choisis de l’adopter dans ta routine, n’oublie pas de bien t’hydrater matin et soir et de te protéger du soleil (SPF 30+ tous les matins !).



Conclusion :

Nos dix ans d’acné nous ont bien convaincue sur une chose : il n’y a pas de solution miracle. Le plus important est de comprendre chaque solution, ses plus et ses moins - et savoir compenser/compléter/adapter selon ses besoins.

L’autre constat qui a vraiment changé notre approche, est de réaliser que trop souvent quand on parle acné, on ne pense qu’au symptôme : le bouton. Et c’est ça le souci principal des solutions citées ci-dessus - ce sont des solutions symptomatiques ou l’on essaie rarement de comprendre pourquoi le bouton est là, qu’est-ce qu’il essaie de nous dire. Pour nous, c’est quand on a eu ce déclic, quand on a compris qu’il fallait aussi le traiter de l’intérieur en retournant à la cause, qu’on a vu de réels progrès ! Ça ne veut pas dire qu’on te déconseille ces solutions - chacun est libre de faire ce qu’il souhaite - simplement que si tu choisis un des ces traitements classiques, ne met pas le travail intérieur de côté. Mets toutes les chances de ton côté en travaillant aussi l’alimentation, l’hygiène de vie, les potentielles carences...pour des résultats à long terme.

Aujourd’hui cette idée du bouton messager est au cœur de notre approche et nous sommes vraiment convaincues qu’il n’y a que comme ça qu’on peut vraiment apaiser son acné de façon durable. Alors peu importe la solution que tu choisis, la question principale est de se dire : est-ce que je soigne uniquement le symptôme ? Ou est-ce que je soigne aussi la cause ? Est-ce que je comprends réellement ce que je prends et comment cela agit sur mon corps ?

On espère que cet article t’aura aidé à y voir plus clair ! Notre but chez Skin & Out est de t’aider à trouver la solution qui te correspond - en faisant ton choix de façon informée et en pensant avec globalité. Alors n’hésite pas si tu as des questions, on te répond par mail (lateambouton@skinandout.fr) et/ou sur insta (@skin.andout)

Fleur & Amélie



Et une petite fiche recap pour t'aider à y voir plus clair !





Sources :

(1) https://www.vidal.fr/maladies/peau-cheveux-ongles/acne/medicaments-oraux.html

(2)http://base-donnees-publique.medicaments.gouv.fr/affichageDoc.php?specid=62121489&typedoc=R

(3) Dr. Jolene Brighten. (2019). Beyond The Pill. New York: HarperCollins Publishers

(4) Khalili, H. (2016, March). Risk of Inflammatory Bowel Disease with Oral Contraceptives and Menopausal Hormone Therapy: Current Evidence and Future Directions. Retrieved January 2020, from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4752384/?report=classic.

(5) Lopez, L. M., Grimes, D. A., & Schulz, K. F. (2014, April 30). Contraceptifs hormonaux et mode d'utilisation par l'organisme des glucides chez les femmes sans diabète. Retrieved December 2019, from https://www.cochrane.org/fr/CD006133/contraceptifs-hormonaux-et-mode-dutilisation-par-lorganisme-des-glucides-chez-les-femmes-sans.

(6) Palmery, M., Saraceno, A., Vaiarelli, A., & Carlomagno, G. (2013, July). Oral contraceptives and changes in nutritional requirements. Retrieved December 2019, from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23852908.

Recent Posts

See All

All rights reserved. © 2020 skin & out

  • Flickr
  • Spotify
  • Facebook
  • Instagram
  • Facebook
  • Spotify
  • SoundCloud
  • Instagram